Le gaz argon améliore sensiblement les performances thermiques d'un vitrage isolant par rapport à un espace d'air, particulièrement avec les vitrages faiblement émissifs.
Seul le marquage permet de vérifier un remplissage au gaz argon.
Les mesures réalisées sur des vitrages après 10 ans de pose ont montré des valeurs de perte de gaz inférieure à 1 %. On considère en général qu'un vitrage perd moins de 5 % de gaz pendant 25 ans d'installation sur un bâtiment.